Développement Personnel,  Slowliving - Minimalisme

PRATIQUER LA MÉDITATION POUR PLUS DE SÉRÉNITÉ AU QUOTIDIEN

En cette période de confinement pour protéger le plus de monde possible du corona virus et limiter au mieux l’épidémie, un grand nombre d’entre nous s’est sans doute rendu compte à quel point nos vies étaient faites de courir à droite-à gauche, de programmer tout un tas de choses, peut-être de ruminations aussi, rester bloqué sur un événement pas cool de notre journée … Bref, être partout sauf dans le moment présent, qui est le seul que nous pouvons réellement vivre.

Pourquoi ne pas profiter que l’on est plus flexible dans notre rythme de vie pour certains ou avec une organisation du temps un peu chamboulée (mais c’est aussi une bonne occasion pour le réorganiser d’une autre manière) pour d’autres, pour s’essayer à la méditation ? Et peut-être même l’inclure dans nos habitudes ? Et ainsi être plus serein dans notre quotidien, pour commencer durant cette période particulière et la vivre de manière plus apaisée, et ensuite quand la « vie normale » aura repris son cours (on l’espère, pas tout à fait comme avant).

En quoi ça consiste ?

L’idée reçue la plus courante à propos de la méditation est qu’il faut « faire le vide dans sa tête », et donc les personnes qui essayent se retrouvent très déçues et se découragent rapidement, car … (tintintiiin) c’est impossible ! Il faut savoir qu’environ 50 000 pensées nous traversent la tête chaque jour et il ne peut pas en être autrement, le cerveau fonctionne comme ça.
Ce que l’on peut faire par contre c’est ne pas s’attacher à ses pensées, ne pas s’attarder dessus et les laisser passer. Bien sûr, c’est un entraînement et la méditation peut nous aider à cela.
Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que, bien qu’il existe des pratiques méditatives religieuses comme dans le bouddhisme par exemple, ce n’est pas une obligation. On peut très bien pratiquer la méditation de pleine conscience de manière complètement laïque.

La méditation, en quoi ça consiste ? Tout simplement, se centrer sur le moment présent, en posant notre attention sur notre respiration et nos sensations corporelles. Se concentrer sur la sensation du souffle qui passe dans les narines, le ventre qui se gonfle légèrement à l’inspiration et redescend à l’expiration. Se concentrer sur les points de contact, par exemple, de nos pieds sur le sol, de nos mains sur nos genoux, etc, mais aussi le contact de notre peau avec le tissu de nos vêtements ou avec l’air. Et au fur et à mesure, on peut élargir aux bruits extérieurs, aux mouvements qu’il y a ou non autour de nous… Et tout ça, en observant le flot de ses pensées défiler sans s’y accrocher, comme si l’on était assis au bord d’une rivière en regardant les poissons passer dedans sans essayer de les attraper. Ce n’est pas évident au début, on se rend compte qu’au bout d’à peine quelques secondes, on est repartis à penser à des choses passées ou à anticiper des événements futurs. Mais c’est le jeu, notre temps de méditation sera fait d’aller-retour entre nos pensées et notre souffle. Il n’y a pas de résultats ou de réussite à chercher dans la méditation. Simplement se poser et prendre le temps pour méditer, que ce soit 5 minutes ou 3 heures, et on a déjà réussi à le faire, même si sur nos 5 minutes on a passé plus de temps dans nos pensées que centré sur notre respiration. Avec une pratique régulière, vous constaterez qu’il vous sera de plus en plus facile de vous recentrer et que vous partirez de moins en moins dans vos pensées. Mais ce n’est pas un objectif en soi. Dans cette pratique, l’important est le chemin et non la destination. Une autre image qui peut vous peut-être vous parler, c’est de ne plus faire et juste être. Comme la plante verte de votre salon, qui ne fait rien mais qui est, sans agitation, sans jugements et sans objectifs. Simplement sentir la vie à l’intérieur de soi. Et c’est tellement reposant et vivifiant à la fois !

Pour commencer …

C’est vrai que lorsqu’on débute, méditer tout seul, sans support peut être un peu compliqué et décourageant. La première chose, c’est de commencer par des séances courtes. D’abord 10min quotidiennes pendant quelques jours, puis 15min, puis 20min …

Quelque chose qui peut aider beaucoup et motiver, c’est de faire des méditations guidées. Pour cela, il existe différents moyens. Aujourd’hui, on trouve facilement des applications de méditations guidées. Mais aussi des Cds souvent accompagnés d’un livre, et il en existe pour les adultes et pour les enfants. Pour les enfants, il y a le fameux « Calme et attentif comme une grenouille » de Eline Snel. Plus orienté pour les adultes, je peux vous recommander « Méditer – 108 leçons de pleine conscience » de Jon Kabat Zinn. Vous aurez avec, un CD de 12 méditations guidées par la voix de Bernard Giraudeau. Vous pouvez aussi les trouver sur YouTube ICI. Et enfin, si l’idée vous tente, il existe aussi des retraites et des groupes de méditation, où une personne se charge de guider plus ou moins les séances de méditation. Pour les retraites, on m’a beaucoup parlé de celles du Village des Pruniers, créé par le maître bouddhiste vietnamien Thich Nhat Hanh. Bien qu’une partie du village soit un monastère, des retraites laïques sont proposées.

Thich Nhat Hanh

Les bienfaits de la pratique de la méditation

La méditation de pleine conscience a été ramenée en Occident par le professeur de médecine Jon Kabat Zinn. De plus en plus, des psychiatres (comme Christophe André) et des psychologues utilisent cette pratique avec leurs patients dans les hôpitaux. Il a été prouvé que la pratique de la méditation agit sur le stress et l’anxiété, sur le système immunitaire et aide les patients souffrant de dépression, d’états anxieux et de douleurs chroniques… entre autres.

Jon Kabat Zinn

Pour plus de détails sur les nombreux bienfaits de la méditation, je vous laisse un lien vers un documentaire Arte qui explique tout cela très bien : Les étonnantes vertus de la méditation.

D’autres moyens de méditer

Bien sûr, ce n’est pas forcément évident pour tout le monde de trouver ne serait-ce que 15 min dans sa journée, seul.e au calme dans une pièce pour se poser et méditer. La bonne nouvelle c’est qu’il n’est pas nécessaire d’être assis en tailleur au milieu d’une pièce silencieuse pour cela. Le principe étant simplement de se recentrer sur soi et de se concentrer sur ses sensations corporelles tout en laissant défiler ses pensées, il est possible de le faire dans des tas de contextes différents. Un très bon moment par exemple, c’est dans les transports en commun en allant au travail. Vous pouvez aussi le faire en faisant la cuisine, le ménage, du jardinage ou toute tâche manuelle ne demandant pas une concentration accrue. Initier ses enfants à cette pratique ou même commencer avec eux peut permettre de passer un bon moment ensemble et en même temps de leur transmettre un outil très utile pour eux aussi, qui pourra les accompagner toute leur vie.

Dans les groupes ou les retraites, les méditants pratiquent parfois la méditation marchée. C’est la même chose que assis mais en mouvement et pour certaines personnes l’ajout de la marche ou du mouvement rend plus facile la pratique. D’autres activités sont également des approches de la méditation en mouvement, comme par exemple le yoga ou le tai chi.

Bref, il y a mille et une manières de pratiquer la méditation ! Comme pour tout activité ou apprentissage, cela nécessite de la régularité pour que cela devienne plus facile et évident. Mais il est très important de se rappeler qu’il n’y a ni réussite, ni résultats, ni performance à rechercher ou à atteindre dans la méditation, alors pas de pression 😉 Donc si ça vous parle et que ça vous donne envie d’essayer, y’a plus qu’à 🙂 Bonne méditation !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *