Développement Personnel,  Slowliving - Minimalisme

LE CHEMIN #1 – Prendre la décision

Bienvenue dans ce « journal de bord » où je raconterai un peu les étapes, les hauts et les bas, les observations et les réflexions qui surviennent tout au long de cette belle aventure dans laquelle nous nous sommes lancés avec mon ch’amoureux et nos deux chatounes, de « changer de vie ». Ou plutôt de continuer sur notre chemin mais sans attendre des années pour faire les choix qui nous rapprocheraient de la vie qu’on souhaite réellement.

Contexte

Pour planter le décor, nous vivions depuis plusieurs années à Paris. Nous étions venus y chercher un certain nombre de choses que nos villes d’origine ne pouvaient pas nous apporter, et nous y avons trouvé une bonne partie. Au bout de ces quelques années, nous avions un chouette appartement avec une chambre (ce qui pour Paris est super!) près du Jardin des Plantes à un loyer raisonnable pour Paris (même si hallucinant quand même quand on y pense …), pas loin du travail. Un travail bien payé dans une super école de musique associative pour moi, un studio d’enregistrement à deux pas de l’appartement pour mon ch’amoureux. Et surtout, de bons copains.

On a fixé notre point de chute à Montpellier. Ici on ne connaît quasi personne et au niveau boulot, on n’est pas encore fixés. Objectif intermittence pour mon ch’amoureux et création auto-entreprise pour moi. Par contre, on a réussi à trouver un très chouette appartement, avec une belle terrasse.

Bon, il faut savoir aussi qu’on n’a pas d’enfants et donc qu’il est plus facile pour nous de prendre ce genre de décisions que si nous avions déjà une famille à s’occuper. Je ne peux pas en témoigner, mais peut-être que c’est quelque chose de possible, même avec une famille.

Far away from home …

Cela fait des mois qu’on prépare ce déménagement. Et j’ai eu beau essayer de me préparer psychologiquement aussi, ça reste pas évident. Mon premier flip, c’est de partir assez loin de ma famille, avec qui je suis très proche, et des amis qui sont presque tous à Paris. On ne peut s’empêcher de se demander avec lesquels on va réussir à garder un vrai contact. Quand on part, on perd souvent des amis. Et donc, pendant les mois qui ont précédé le déménagement, j’ai ressenti cette tristesse lancinante de plus en plus fortement, et j’ai remarqué que inconsciemment pendant une période, je refusais certaines sorties, soirées avec des amis car ça me rendait très triste.

En même temps, c’est comme si on se lançait dans une page blanche et qu’il y avait tout à créer … Et ça, c’est chouette ! 🙂 On sait qu’on va gagner en qualité de vie et comme on a toujours privilégié le temps et la qualité de ce temps plutôt que les gros salaires, c’est dans la continuité. Je vais avoir plus de verdure et de nature autour de moi, c’est ce qui me manquait le plus à Paris. Et mon ch’amoureux qui est méditerranéen va gagner en soleil et avoir la mer pas loin.

Ce qui nous a poussé à bouger aussi, c’était de pouvoir vivre plus en accord avec nos valeurs de zéro déchet et d’écologie, de prendre le temps de vivre et ne pas courir tout le temps. Trouver un cadre de vie plus humain. On vous dira si on arrive à trouver tout ça 😉

Prendre conscience

Prendre la décision de partir a coïncidé avec la prise de conscience que les personnes chères, surtout ma famille, ne sont pas éternelles. Je vois mes grands-parents vieillir au moment où je décide de m’éloigner géographiquement. Je me rends compte que ce n’est presque plus possible de partir en vacances avec mes 3 sœurs en même temps, car chacune a sa vie, ses études à des endroits différents. Alors, j’ai décidé de plus dire aux personnes chères que je les aime et qu’elles vont me manquer. J’ai décidé d’envoyer régulièrement des cartes postales à mes grands-parents (car je déteste le téléphone) et d’aller les voir dès que je peux. J’ai décidé de dire les choses importantes. Et de manière générale, j’ai la volonté de consacrer plus de temps au positif et à aider et aimer mon prochain, autant que je peux. Hé oui, on n’est pas des Bouddha, mais c’est une autre décision que personne ne peut prendre à notre place, de choisir sur quoi poser notre attention et faire de son mieux.

C’est possible

Ce pourquoi j’ai eu envie de partager mon expérience là dessus, c’est aussi les réactions de l’entourage. Un ami qui disait se plaire dans sa vie actuelle avec sa maison, son travail pas passionnant mais qui lui fait gagner sa croûte, en quelques mois a changé d’avis, et nous a dit qu’il était ravi d’assister à ça (ce petit tournant de notre vie, pour lequel il nous a donné un sacré coup de main logistique) car ça donnait une preuve que c’était possible. Et ça lui a donné envie de s’écouter plus et de bouger lui aussi avec sa famille.

C’est vrai que ce n’est pas la décision la plus confortable qui soit. Ça demande de sortir de sa zone de confort, de mettre un peu de côté la sécurité, principalement financière, pendant un moment, le temps de se relancer dans un travail qui nous convient plus. Mais c’est un déséquilibre temporaire, qui nous permet d’aller vers du mieux ensuite.

Le temps est ce que nous avons de plus précieux selon moi. Et sans parler de déménager loin, de changer de boulot ou autre, la question à se poser est « dans quoi ai-je envie de mettre le temps de vie qui m’est imparti ? ». Ne pas remettre à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui, car demain on ne sait pas où on sera.

Et toi, que décides-tu de faire aujourd’hui ? 🙂

Un commentaire

  • Caroline SCHLÖGEL

    ça m’a plu de te lire…Il y a tout dans « C’est possible »..tout l’espoir du monde

    Et dans la question Et toi que décides-tu de faire aujourd’hui?

    Il y a tant de possibles justement

    Il y a sans doute un temps pour décider et agir dans chaque journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *