Développement Personnel,  Girls Power

BIEN DANS SES BASKETS

Aaaah les complexes ! Parlons-en des complexes … Eux qui nous touchent toutes et tous, plus ou moins, ou nous ont déjà enquiquiné à un moment de notre vie.
Je peux dire aujourd’hui à 29 ans, que j’arrive à un moment de ma vie, où je commence à aimer mon corps pour de vrai, à le respecter et à dire bye bye aux complexes. Et je dois dire que ça change pas mal de choses. Notre rapport à nous-même, aux autres, notre auto-estime et notre confiance, notre sexualité aussi. Ça allège tellement le quotidien ! Et ce n’est pas lié à notre taille de pantalon. Personnellement, j’ai eu une période où j’étais mince et je me sentais moins bien qu’aujourd’hui avec mes quelques kilos en plus et mon petit ventre ramolo. Bien sûr, il y a des jours où ça revient, des jours où je vais rentrer mon ventre si je me sens un peu boudinée. Mais en y travaillant un peu tous les jours, ça va de mieux en mieux. 🙂

Publicités et réseaux sociaux

Il faut dire que, jusqu’il y a peu, on n’était pas très aidé.e.s avec toutes les publicités nous exposant des corps retouchés, tous pareils, lisses et « sans vie ». Et je suis très heureuse de voir que cette année, ça commence à bouger un peu de ce côté-là et que les marques choisissent des modèles avec des corps variés (plus de couleurs de peau différentes, diverses morphologies …) et parfois même sans retoucher ce qui est considéré comme des défauts, les vergetures, les rides, etc. Je pensais que, même en vivant à Paris entourée quotidiennement de publicités, dans la rue, des le métro, sur internet, je ne me laissais pas toucher par ces images. Et c’est un jour, en voyant une pub sur internet pour un maillot de bain, porté par une jeune femme avec un ventre pas gros, mais pas ferme ni plat non plus (un peu comme le mien ^^) , que je me suis rendue compte que ça me faisais du bien de voir de belles femmes sur une publicité avec un corps « normal ».

Je pense que dans la même veine, les réseaux sociaux basés sur l’image, comme Instagram, n’aident pas à se sentir bien dans sa peau, et tendraient plutôt à nous faire complexer. Personnellement, je ne vais simplement pas sur ces réseaux sociaux, mais faire attention au temps qu’on passe dessus et sélectionner en conscience les comptes que l’on souhaite suivre, peut être une bonne chose.

Les ravages du porno …

Toujours pour rester dans le monde d’internet, l’accessibilité facile à la pornographie, fait aussi des ravages, en particulier chez les adolescents qui en visionnent pour beaucoup bien trop tôt, sans avoir les clés pour comprendre que ces images ne reflètent pas une vision réaliste ni de la sexualité, ni du corps de manière globale, ni de relations hommes-femmes saines et équilibrées. Et je suis convaincue que c’est cette industrie du porno qui a lancé ce complexe des poils chez les femmes, qui est somme toute assez récent. Sans parler de l’augmentation massive des opérations esthétiques chez les femmes comme la labioplastie (réduction des petites et/ou des grandes lèvres de la vulve). Ces formes de vulves (avec des petites lèvres qui s’agrandissent), tout comme les poils, sont juste des signes d’un corps pubère. Donc vouloir les éradiquer du corps des femmes, revient à vouloir les maintenir dans un corps (et un statut ?) de petite fille. Cela pose question au niveau des fantasmes liés à ce type de corps … Je ne suis pas sûre que trouver plus désirable une femme avec un corps d’enfant est une chose saine. De plus le poil est naturel et utile. Il est là pour protéger le corps des infections, et donc non, il n’est pas sale.

Et il ne faut pas perdre de vue que, derrière tous ces complexes, il y a les industriels qui s’enrichissent sur notre mal-être, en nous vendant des produits pour s’épiler, des crèmes anti-rides, des crèmes anti-vergetures, des crèmes anti-âge … qui au passage, ne sont ni bons pour notre santé, ni pour l’environnement.

Image du film « La Belle Verte » de Coline Serreau

Après ces constats, comment peut-on faire pour se débarrasser petit à petit de nos complexes ?

Tout d’abord, on peut simplement se poser la question de qu’est ce qui est beau ? Qu’est ce que la beauté vraiment ? Les canons de beauté ont changé tout au long de l’histoire. Cela montre bien qu’il n’y a pas qu’un type de corps qui peut être considéré comme beau.
Et quand est ce qu’une personne est belle ? Ou plutôt quand est ce qu’on la trouve belle ? Quand elle a un maquillage et une tenue impeccables ? Quand elle a des proportions « parfaites » et pas un pet de gras ? Ou bien, quand elle a un regard expressif, ou qui dégage quelque chose de particulier, de la joie, de la malice, de la curiosité ? Quand toute sa personne dégage un certain charisme, de l’assurance, de la légèreté, de l’intelligence, tout plein d’amour à donner ?
Et pour poursuivre ce petit bout de réflexion, je vous laisse ici un dialogue extrait du film « La belle verte » de Coline Serreau (que je vous recommande vivement d’ailleurs) :

  • Et ça, qu’est ce que c’est ?
  • C’est du rouge à lèvres, ça.
  • Ah ? C’est pour quoi faire ?
  • C’est pour s’en mettre sur les lèvres, comme ça …
  • Ah oui ? C’est un médicament ?
  • Non, c’est pas un médicament, c’est pour faire joli … Pour être sexy …
  • Sexy ?
  • Oui, pour plaire quoi
  • Ah ! A qui ?
  • Ben, à tout le monde
  • Ah ça doit être difficile ça !
  • Pour qu’on vous aime
  • Ah d’accord, c’est un genre de médicament pour que tout le monde vous aime, c’est ça ? Et si vous en mettez pas, personne ne vous aimera, c’est ça ?

Apprendre à aimer son corps

Maintenant, pour apprendre à s’aimer un peu plus, sans attendre que les autres le fassent pour nous, il y a quelques petits « exercices » que l’on peut faire régulièrement et qui nous aideront à aller vers plus auto-estime corporelle progressivement.

Vous pouvez déjà lister toutes les choses que votre corps vous permet de faire, de vivre. Car il n’est pas là que pour être beau, il a tellement d’autres facultés extraordinaires ! Par exemple, il nous permet de nous déplacer, de fabriquer et de créer des choses, de communiquer avec autrui. Il nous permet aussi de savourer un bon repas, de ressentir du plaisir par les caresses, les câlins, les bisous, mais aussi quand on danse, quand on joue de la musique, qu’on chante … Il peut nous permettre de donner la vie. Notre corps est un porteur de sensations et d’émotions. C’est grâce à lui que nous nous sentons en vie. Et ce sont ces sensations et émotions qui nous guident tout au long de notre vie. Notre corps est notre ami et non pas notre ennemi. C’est lui qui ne nous quittera jamais, qui nous portera jusqu’à la fin. Nous avons tout intérêt à apprendre à l’écouter, à le soigner, à en prendre soin, pour avoir une vie plus douce.

Pour (re)faire connaissance avec votre corps, vous pouvez passer du temps, vous programmer des moment agréables avec lui. Ces moments agréables différeront en fonction des personnes. Ça peut être se faire des massages, ça peut être faire du sport, ça peut être danser, ça peut être manger en conscience quelque chose que l’on aime beaucoup et s’arrêter quand on a plus faim …

La méditation et les pratiques comme le yoga nidra peuvent aider à se reconnecter à son corps et ses sensations. Imaginez le comme une personne qui essaye de vous dire des choses depuis si longtemps et que vous ne l’écoutiez pas ou que vous lui coupiez la parole sans cesse. Asseyez vous, et prenez le temps d’écouter tout ce qu’il a à vous raconter, il en sait beaucoup plus qu’on ne le pense. Et si vous avez une histoire compliquée avec lui, ou même pas forcément, vous pouvez aussi vous allonger et lui parler, à voix haute ou pas. Poser vos mains sur votre ventre, et peut être vous excuser d’avoir ignoré ou maltraité votre corps, lui dire qu’à présent vous allez essayer de vous montrer attentif/ves et attentionné.e.s avec lui, que vous l’aimez comme il est et que vous allez faire un beau chemin ensemble.

Et si vous parvenez à plus l’écouter, il vous dira de quoi il a besoin pour se sentir mieux. 😉

Il se peut aussi que ça vous fasse du bien d’en parler avec d’autres personnes qui traversent les mêmes difficultés que vous. Alors peut-être que vous pourriez lancer le sujet lors d’une discussion avec vos ami.e.s, vos proches.

Je vous laisse aussi ici, si vous ne connaissez pas déjà, une très chouette série de vidéo youtube faites pas Léa Bordier qui s’appelle « Cher corps »

Prenez soin de vous ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *