Zéro Déchet

INTRODUCTION AU ZERO DECHET

Bocaux courses en vrac

 

Il y 3 ou 4 ans, je me penchais déjà sérieusement sur la question du bio depuis un moment. Surtout pour l’alimentation. Je faisais mes courses en Biocoop déjà, pour presque tout. J’utilisais quand même encore des produits ménagers « classiques ». Enfin, ceux qu’utilisait ma mère quand j’habitais chez elle, et donc j’achetais les mêmes sans trop me poser de questions.

A cette époque, je comprenais bien l’impact sur ma santé, ma vie de manière générale et sur la planète de ce que je mettais dans ma bouche, mais pas de ce que je mettais dans ma poubelle… Bien sûr, très vite j’ai commencé à entendre parler de zéro déchet. Mais qu’est ce que c’était que ces extrémistes de l’écologie et leurs lubies ? Et puis, moi c’est bon, je fais le tri, le recyclage … Qu’est ce que je peux bien faire de plus ?

Et puis, petit à petit, à force de lectures, de recherches sur internet, de visionnages de vidéos sur le sujet, j’ai fini pas y voir plus clair, et à prendre chaque jour un peu plus conscience de l’impact de mon mode de consommation.

Pourquoi le zéro déchet ?

Pour la planète

Quelques chiffres …

  • 590 kg d’ordures ménagères, déchets et objets déposés en déchetterie, produits par chaque habitant par an en France.
  • 200 kg de déchets qui arrivent chaque seconde dans l’océan
  • 1 million d’oiseaux – et 100 000 de mammifères marins qui meurent d’ingestion de déchets chaque année.
  • 14 milliards d’euros (pris sur les impôts) consacrés à la gestion publique des déchets chaque année en France.
  • 21 % des déchets recyclés en France.
  • 1,5 kg de déchets cachés (c’est à dire les déchets produits lors de la fabrication) pour une brosse à dent par exemple.
  • 3,43 millions de km² qui forment le 6e continent sont en fait une île qui fait environ 6 fois la France uniquement composée de déchets et qui flotte au milieu de l’océan Pacifique.

Quelques chiffres plus sympas maintenant

  • 95% des déchets que nous pouvons éliminer en changeant nos habitudes de consommation
  • entre 15 et 40% du prix selon les produits représente la partie emballage et marketing et vous pouvez l’économisez lorsque vous achetez en vrac, vu qu’il n’y a plus d’emballages !

Ces chiffres parlent d’eux-mêmes je pense. A l’heure actuelle, nous consommons en 7 mois ce que la planète nous offre pour un an. Nous vivons donc à crédit, un peu plus chaque année.

« Nous sommes dans un système qui donne trop peu d’importance à l’indispensable […], par contre on donne une valeur illimitée au superflu. ».   Pierre Rabhi

Les déchets cachés

Nous l’aurons compris, la pollution de notre planète ne vient pas seulement de nos poubelles. Un déchet, avant d’arriver dans la poubelle doit être fabriqué. On doit extraire de la matière (principalement du charbon, du pétrole et de d’eau), la transformer, la conditionner, la transporter … Ce qu’on appelle les déchets cachés. Par exemple, il faut 8000 litres d’eau pour faire un t-shirt. Ou bien comme je le disais plus haut, une brosse à dents est égale à 1,5kg de déchets cachés. En France, nous comptons 14 tonnes par an de déchets cachés. Nous constatons donc un énorme gaspillage d’énergie et de ressources rien qu’à la création des emballages, et autres objets prévus pour avoir une vie courte et être ensuite jetés puis rachetés.

Le traitement des déchets

Tout cela est donc ensuite jeté. Comment sont traités ces déchets par la suite ? Et bien soit en incinérateurs qui polluent par les fumées qui contiennent du CO2 et des métaux lourds entre autres. Soit en décharges, donc enfouis, et polluent les sols et les nappes phréatiques. Une petite partie est compostée et seulement 21% sont recyclés. Et il faut savoir que les déchets recyclables ne le sont pas tous à l’infini. Je reviendrai sur ce point dans un prochain article. Et il faut aussi garder en tête que l’acte même de recycler demande de la dépense d’énergie qui pourrait être économisée si on attaquait le problème à la source en évitant de produire des emballages, même recyclables.

Et il y a cette partie des déchets qui ne sont pas traités (vous savez les mégots, les sacs plastiques laissés par terre, les restes de pique-niques jetés dans les rivières …) et qui suivent le cycle de l’eau pour finir dans les océans et qui représentent donc 200kg par seconde qui arrivent dans les mers.

Pour votre santé

Si l’état de la planète ne nous convainc pas, il faut savoir que passer à ce mode de vie aura des conséquences positives sur notre santé et même notre vie de manière globale.

Le bio

Tout d’abord, lorsque l’on cherche à acheter en vrac, on se retrouve assez vite dans les magasins bio (si nous n’y faisions pas déjà nos courses) qui pour la plupart proposent un large choix de produits en vrac. Et ce n’est plus un secret, consommer bio est bien meilleur pour la santé.

Certains magasins, comme les Day By Day, proposent du bio mais aussi des produits issus de l’agriculture raisonnée. Ce qui revient quasiment au même la plupart du temps. Les « agriculteurs raisonnés » font en fait aussi attention à ce qu’ils mettent sur leurs fruits, légumes etc pour limiter au maximum les pesticides, les engrais chimiques et autres. L’étape suivante, une fois qu’on a coché tous les points du cahier des charges, est de se faire contrôler par le COFRAC et l’INAO, les deux organismes certificateurs qui sont en fait des entreprises privées qu’il faut payer pour obtenir un contrôle et une certification ensuite. Tous les agriculteurs n’ont pas les moyens et donc n’obtiennent pas le label bio alors que leurs produits le sont ou presque. Hé oui, là où il y a des sous à se faire … et le bio n’y échappe pas. Si ça vous intéresse, je développerai le sujet des labels bio dans un autre article.

Et puis, c’est sans doute très subjectif, mais personnellement, je me sens moins stressée dans une Biocoop ou un Day By Day que dans un Carrefour ou un Leclerc. Ça aussi ça joue sur la santé ! Je passe moins de temps à faire mes courses et je rentre de meilleure humeur chez moi ensuite.

Le budget

Et nous verrons dans un prochain article qu’il est possible de manger bio, sans se ruiner et je dirais même sans dépenser plus qu’en non bio. Et en parlant de budget, vous avez pu le lire plus haut, c’est avec entre 15 et 40 % du prix selon les produits que vous payez l’emballage. Si on enlève l’emballage, logiquement le prix baisse.

Et puis le plus souvent, ce qui coûte cher ce sont les produits transformés. Bien sûr, on peut en trouver aussi en vrac, des biscuits, des gâteaux … Mais de manière générale, le mode zéro déchet nous orientera plus vers des produits de base, avec lesquels nous pouvons cuisiner nos propres recettes. Et c’est en achetant principalement des produits de base que nous économiserons des sous.

Rappelons nous aussi qu’un produit transformé aura beau être bio, il pourra quand même contenir des additifs, des conservateurs, du sucre, du sel etc. Manger maison est aussi meilleur pour la santé. Et au goût, ça n’a rien à voir ! Vous verrez c’est addictif 😉

Oui mais ça prend du temps de cuisiner allez vous me dire ! Et non, il existe des recettes simples, rapides et délicieuses. D’ailleurs, il en paraîtra régulièrement sur ce blog 😉 Et une petite astuce : Comptons, ne serait-ce qu’une journée, le temps que nous passons sur notre téléphone, sur les réseaux sociaux, devant la télé. Les français passent en moyenne 3h30 par jour devant la télé. Demandons nous si nous souhaitons vraiment continuer de passer tout ce temps devant des écrans, ou à préparer de bons petits plats ou une tournée de biscuits pour la semaine, seul(e), avec notre conjoint(e) ou même avec nos enfants ?

Les valeurs et notre pouvoir de consommateur

¨Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achetent pas pour que ca ne se vende plus.¨ Coluche

Hé oui, c’est une réflexion bien plus globale que ce qu’on ne pense. Faire le choix de consommer bio et zéro déchet, quitte à parfois payer peut être un peu plus cher (ou pas), passer un peu plus de temps en cuisine, c’est faire des choix en accord avec nos valeurs. Comment se nourrir ? Comment utiliser son temps ? Qu’est ce qui est vraiment important pour nous et notre entourage ? Comment prendre soin de soi et de sa famille ? Mais aussi, comment dépenser son argent ? Quelles entreprises ou initiative cautionner ? Consommer en conscience et en accord avec nos idéaux, ça fait du bien aussi.

Et c’est aussi une manière de (re)prendre notre pouvoir de consommateur. Nos choix quotidiens ont autant (voire plus) que notre bulletin de vote. N’oublions pas que c’est la demande qui créé l’offre. Il n’y a qu’à voir le marché du bio en pleine expansion ces dernières années ! Les fabricants ne vont pas mettre sur le marché des produits qui ne se vendent pas. Ainsi nos choix de consommation vont orienter les leurs quant à la provenance des produits, leurs emballages ou non, les ingrédients qu’ils contiennent, les conditions de travail des personnes impliquées dans leur production, etc. 

Donc, quand nous regardons les infos le soir, après une journée fatigante, et que nous nous sentons écrasé.e.s par les lobbies et leurs marionnettes, et impuissant.e.s face à tout ça, rappelons nous que c’est par nos choix de vie que nous pouvons faire notre part de colibri et agir sur le monde.

En effet, ça peut paraître s’attaquer à un gros morceau ou même une énooorme montagne. Mais pas d’inquiétude, ce blog (entre autres blogs, sites, livres, chaînes youtube …) est là pour vous donner des billes 😉 La clé de la réussite est d’y aller par étapes, par petits pas et de ne pas se culpabiliser quand on loupe quelque chose. L’erreur fait partir de l’apprentissage. Et si vous êtes en train de me lire, c’est que vous êtes déjà prêt.e.s à passer à l’action, ou en tout cas en bonne voie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *